Il est des revers qui loin de susciter l’abattement, redonnent des forces et du courage s’il en était besoin et requinquent les cœurs et les esprits.

La défaite concédée ce dimanche face à Courbevoie en est l’exemple où les « Noir et blanc » proposèrent un rugby alléchant et volontaire, toujours voué à l’offensive et jamais fermé, dès lors bien entendu que ces diables de visiteurs leur en laissaient l’opportunité. 

Car les banlieusards parisiens visent c’est un fait la montée en fédérale 2, qu’ils ont manquée d’un rien la saison passée.

Très complets dans toutes les lignes, rodés à toutes les situations, exemplaires et physiques à l’image de leur président seconde ligne, ils ne permirent aucun doute quant à l’issue de la rencontre. Pour autant les coéquipiers du capitaine courageux Jérémie Delbecques sont à créditer d’une prestation digne de respect, que saluèrent par ailleurs et les visiteurs et les officiels, arbitre et délégué fédéral venus pour l’occasion du comité de Normandie.

Que dire en effet de cette saillie de Paul Ducrocq (5 ème)qui interceptait dans ses bases un cuir qu’il crût pouvoir porter en terre promise sur son aile mais qui fût repris à deux mètres de la ligne, ou encore de ce déboulé de Julien Gérard annihilé par un étau Courbevoisien pour une fois à la peine et enfin de cette rentrée efficace de Kévin D’Hulster (40 ème) en cours de match, sinon qu’ils entretenaient l’intérêt de la rencontre et qu’ils firent gronder le public de plaisir. 

Car le public était bien présent, fort de pas moins de 432 personnes selon le comptage officiel, remplissant la tribune du stade Gaston Bonnet mis gentiment pour l’occasion à disposition du R.C.A qui la remercie sincèrement, par la municipalité. 

Toute l’équipe vint saluer ses supporters au terme de la rencontre lors d’une communion d’applaudissements qui ne laissa pas indifférent le président Philippe BAUDELLE : « c’est un travail de longue haleine, un apprentissage dont on savait qu’il serait laborieux mais quelle joie, quelle fierté de vivre ce genre de moments ! » 

Le quatuor d’entraîneurs Bruges-Cayre- Ducasse-Mancey doit panser les plaies et toujours travailler pour préparer le prochain déplacement du 1 er octobre qui s’annonce lui également difficile, à Rueil Malmaison.